Interprofession

Mars 2018

L’interprofession, vous en avez entendu parler, vous vous posez des questions. Cette structure qui existe déjà dans quelques filières (lait par exemple) a été souhaitée par le précédent gouvernement, et relancée par le gouvernement actuel en fin 2017 et devait déboucher au plus tard le 31 janvier 2018. Son nom pour l’apiculture : INTERAPI
Le résultat vous le connaissez élection d’un comité exécutif avec pour
– président un membre du collège production : un membre de la FNSEA Eric Lelong
– et vice président un membre du collège commercialisation : Vincent Michaud
Pour répondre à vos nombreuses interrogations sur le déroulement de cette mise en place d’organisation et du vote qui a suivi l’UNAF publie un document sous forme de questions réponses
Voir le document de l’UNAF

Composition du comité exécutif :
:
Président (collège production) 1 candidat :  E. Lelong (FNSEA) : 24 voix pour, 3 abstentions, 3 nuls, 2 voix pour F. Alétru.
Vice-président (collège commercialisation) 1 candidat :  V. Michaud (SFM) : 27 voix pour, 2 abstentions, 3 blancs.
Trésorier (collège commercialisation) 1 candidat : M. Duret (FCD) : 32 voix pour.

Secrétaire (collège production) 2 candidats : M.-F.Roux (FFAP) et F. Alétru (SNA) : 24 voix pour F. Alétru et 8 voix pour M.-F. Roux.
1er membre (collège production) 2 candidats :
M.-F. Roux (FFAP) et J. Schiro (SPMF) :

21 voix pour J. Schiro et 9 voix pour M.-F. Roux, 2 blancs.
2e membre (collège commercialisation) 1 candidat,
B. Freslon (syndicat des vendeurs de matériel) : 32 voix pour.

Le comité exécutif d’INTERAPI publie également un document d’explications.
Voir le document du comité exécutif d’INTERAPI

Au vu de la procédure utilisée pour cette élection, une pétition lancée à l’initiative d’apiculteurs du Béarn pour demander l’application des statuts pour élire un conseil d’administration, a recueilli + de 36000 signatures en quelques jours seulement. Cette pétition suivra son cours et va être envoyée au ministre de l’agriculture.

Affaire à suivre donc car cet organisme va devoir se financer auprès des apiculteurs et devra représenter la filière auprès du gouvernement.

Ses premières décisions sont à suivre de près.

Mars 2019

Premières déclaration du président d’INTERAPI : Eric Lelong :

Selon Eric Lelong, président de l’Interprofession en instance de reconnaissance, les pesticides sont « un faux problème ». Il s’interroge sur le véritable impact de l’interdiction récente des néonicotinoïdes. « On ne le sait pas et on n’est pas près de le savoir. Les néonicotinoïdes tuent l’abeille, mais pas une colonie » (source Les Echos, 25 février 2019).

Depuis plus de 20 ans, les apiculteurs perdent chaque année des dizaines de milliers de colonies, des mortalités largement imputables aux pesticides et aux néonicotinoïdes. Depuis les premières autorisations de néonicotinoïdes, la production de miel notamment de tournesol s’est effondrée et les syndicats apicoles se sont battus avec la plus grande énergie pour les faire interdire au niveau national et européen.

Cette déclaration indigne et inadmissible constitue une véritable insulte pour le monde apicole. L’interprofession ne doit pas être le porte-voix de la FNSEA qui freine des quatre fers pour sauver ces pesticides et ne rien changer aux pratiques agricoles dites intensives. Et ce d’autant plus que la commission apicole de ce syndicat ne représente qu’une poignée d’apiculteurs…

Une autre pétition a donc été lancée en vue de remettre en cause le mode de désignation du comité exécutif où les apiculteurs exploitants sont peu représentés où finalement l’organisme interlocuteur sensé représenter l’apiculture devant le gouvernement ne représente pas les apiculteurs mais l’industrie et le commerce du miel !

Signez et faites signer la pétition sur le site

http://www.pouruneautreinterapi.fr

Fermer le menu
6 visiteur(s) en ligne actuellement
2 visiteur(s), 4 robots, 0 membre(s)